handicap6v

Comme les personnes handicapées n’ont pas l’usage complet de leur corps, ils doivent bénéficier d’aménagement spécifique. Ces derniers dépendent essentiellement de chaque type de handicap et du degré du handicap.


Les aménagements techniques

Pour ces aménagements techniques, les personnes handicapées bénéficient d’accessibilité aux logements. Ce genre d’aménagement implique tous les moyens possibles utilisés afin de leur faciliter la vie quotidienne. Mais également dans des activités élémentaires telles qu’aller au cinéma, aller à la bibliothèque, faire des courses, se promener ou aller au restaurant.

Ces aménagements techniques concernent essentiellement les modalités d’accès comme les véhicules de handicapés, les escaliers adaptés au handicap de chaque personne ainsi que les rampes d’accès. L’agencement des bâtiments va également aider ces personnes à vivre normalement. Parmi ces agencements figurent les aires de rotation, les aires d’approches, les aires de circulation, les différents repères sonores, tactiles et visuels ainsi que les signalisations. On peut également parler des aménagements des pièces indispensables comme les toilettes, les douches ou encore les cuisines.

88017725

Les aménagements financiers

Les personnes handicapées bénéficient de l’AAH ou Allocation Adulte Handicapé. L’AAH peut être reçu en entier, mais peut également servir en tant que complément à d’autres aides comme les pensions de vieillesse ou les pensions d’invalidité.

Mais à part l’AAH, les personnes handicapées peuvent également bénéficier d’un complément de ressource, d’une majoration pour la vie autonome ainsi que d’une prestation de compensation. Cette dernière vise à prendre en main les besoins spécifiques et les projets des personnes concernées. Il s’agit donc de financer les aides techniques comme l’aménagement du logement et tout autre moyen de circulation, ainsi que d’autres nécessités quotidiennes.

Il est à noter que ces aides financiers peuvent être cumulés entre eux. Le montant et les catégories d’aides dépendent essentiellement de la décision de la législation du handicap. L’évaluation est basée sur la reconnaissance du handicap.