L’Apis mellifera caucasica, ou plus communément appelée l’abeille grise, ou encore abeille caucasienne, est originaire de Georgie. On peut ainsi les retrouver dans les montagnes du Caucase, d’où sa qualification de « Caucasienne ». L’abeille caucasienne est une sous-espèce de l’Apis mellifera (qui compte en tout 25 sous-espèces réparties en 5 groupes majeurs), et est classée dans le groupe M, c’est-à-dire la sous-espèce de l’Europe du Nord et de l’Ouest.

Les caractéristiques de l’abeille caucasienne

abeilles caucasiennes grisesL’abeille grise est utilisée en apiculture depuis près d’un siècle. Comme il a été dit précédemment, elle peut être retrouvée dans toute la chaîne du Caucase jusqu’aux vallées du Sud, et jusqu’aux côtes de la mer noire, à l’Ouest. Le climat dans ces régions rend les abeilles grises particulièrement productives. En effet, le climat tempéré chaud en montagne associé à un climat subtropical humide au niveau de la mer permettent aux abeilles de réaliser une miellée longue et régulière.


En général, l’abeille caucasienne ressemble beaucoup à l’espèce Carnica. Les abeilles ouvrières mesurent entre 11 et 13 mm. On distingue cependant une nette différence entre les deux espèces au niveau de leur indice cubital et de leur biologie : chez l’espèce Caucasica, les mâles sont plus larges et leurs poils sur le thorax sont plus longs. La langue de l’abeille grise se distingue par une longueur de 7,2 mm pour la grande majorité, mais pouvant atteindre 7,52 mm dans la région de Gruziya, au sud-ouest de Caucase.

La Reine quant à elle peut mesurer entre 15 et 20 millimètres de long. Cette dernière est facilement reconnaissable par sa taille et son large abdomen. Ses organes génitaux sont également plus développés. La Reine passe le plus clair de son temps à pondre, donnant ainsi naissance à toutes les abeilles de la ruche. En effet, une Reine peut quotidiennement pondre environ 2000 œufs ! Ces œufs peuvent être classés en deux catégories : les œufs non fécondés qui engendrent les abeilles mâles (faux bourdons), et les œufs fécondés donnant naissance aux abeilles femelles (ouvrières ou reines).

Les avantages de l’abeille grise

Comparée à ses consœurs, l’abeille caucasienne possède une plus grande longévité et un développement supérieur. Elle peut ainsi réaliser une récolte qu’on pourrait qualifier de moyenne, mais qui n’exige cependant que très peu d’entretien.

L’abeille caucasienne s’attache à amasser le nectar dans un nombre restreint de cellules. Le miel qu’elle produit gagne ainsi en qualité.

Compte tenu de ses origines géographiques, l’Apis mellifera caucasica a la faculté de résister aux basses températures, elle souffrira donc moins durant l’hiver.

Le cycle biologique de l’abeille grise est plus court, comparé à celui de l’abeille noire. Quant à sa longue langue (7,20 mm en moyenne), elle permet à l’abeille d’avoir une bonne efficacité sur les récoltes de luzerne et d’acacia.

Les défauts de l’abeille grise

L’abeille caucasienne est particulièrement sensible à la nosémose : il s’agit d’une maladie contagieuse affectant l’appareil digestif. Elle est causée par un protozoaire, qui est un être vivant unicellulaire.

L’abeille grise ne supporte pas les courants d’air. Elle utilise ainsi énormément de propolis, obligeant l’apiculteur à réaliser des visites régulières.