Il est une tendance qui se précise de plus en plus depuis quelques temps, il s’agit de l’économie circulaire ou le mariage de principes dont on a souvent occulté l’existence mais qui pourtant marchent : celui basé sur l’étude des écosystèmes naturels qui ne laissent quasiment pas de déchets.

Une restructuration de fond en comble des systèmes économiques est alors mise en place avec un conseil projet transition écologique qui ne peuvent que marcher. Avec l’intégration du principe de zéro déchet, une autre vision économique basée sur le principe écologique se doit d’être mise en branle pour intégrer d’autres acteurs, en minimiser certains et en optimiser d’autres.


Les acteurs de ce concept

Quand on parle de renouveau dans la conception de l’économie, on se doit d’intégrer un fait certain : une refonte totale est activée et avec de nouvelles visions viennent de nouveaux rôles et de nouveaux acteurs. Il s’agira d’intégrer la forte probabilité d’un recours à des systèmes de maintenance, dont le rôle sera accru,jouant sur le plan curatif et préventif. La réutilisation ou la réaffectation de produits sera aussi à envisager pour aboutir si besoin à un réusinage ou un reconditionnement pour être réinjecté dans le système d’utilisation et pourquoi pas dans la vente. Et enfin après avoir passé dans ces processus le temps nécessaire, le recyclage du produit sera à prendre en compte mais pas n’importe quel, celui qui fera que la boucle production – utilisation soit bouclée.

Sur le volet de la production alimentaire, l’exploitation au maximum de son potentiel des produits se fera également suivant ce système de boucle infinie mais en intégrant d’autres acteurs tels que le recours à l’extraction biochimique. La méthanisation et le compostage serviront de reconditionnement pour cet autre volet des activités humaines. A ce stade, un système de boucle dans la boucle s’entrevoit déjà car le biogaz ainsi produit peut servir de source d’énergie pour d’autres volets. La restitution des produits sains à ce stade permettent également une protection écologique servant à l’autosuffisance et à la préservation de l’environnement.

Les autres points clés de ce système

Ce système d’optimisation maximale des productions humaines nécessite aussi une prise de position quant à la consommation d’énergie qui se devra d’être réduite au maximum et gérée à son potentiel maximal. Il sera aussi question de récupération d’énergie grâce à des systèmes comme l’enfouissement qui réduira également le recours à des énergies fossiles qui ne l’oublions pas sont un bien commun et en tant que tel se doivent d’être préservées car épuisables.