Assurer la qualité de l’air ambiant dans un local ou une pièce fermée est primordial pour la santé des occupants. C’est la raison pour laquelle les réseaux de ventilation doivent être parfaitement fonctionnels et faire l’objet d’un entretien et d’un nettoyage régulier. Ces tâches nécessitent toutefois des équipements spécifiques et doivent être confiées à des professionnels.

À quelle fréquence doit-on nettoyer les circuits de ventilation ?

La loi impose aux dirigeants d’entreprises du tertiaire à procéder à cette opération au moins une fois par an et à concevoir un dossier de maintenance spécifique.

Dans les ERP, le règlement de sécurité incendie préconise la vérification et des filtres au moins une fois par an. Le nettoiement des réseaux d’extraction des graisses des cuisines collectives doit être effectué au moins deux fois par an pour les systèmes à piano à gaz et une fois par an pour ceux reliés à un piano électrique.

Concernant les constructions à usage d’habitation, les gaines et conduits, de réseaux VMC à gaz ou autres, doivent être contrôlés et décrassés chaque année. Ils doivent aussi être diagnostiqués une fois l’an au minimum.

Cependant, la fréquence du nettoyage peut être adaptée au type de bâtiment. Ainsi, les établissements de santé comme les hôpitaux et les cliniques doivent y recourir plus souvent que d’autres. C’est également le cas des ateliers où sont utilisés des produits poussiéreux et potentiellement dangereux pour les personnes et l’environnement.

Une opération complexe

Le nettoyage de système aéraulique est un travail complexe qui nécessite des équipements adaptés. La tâche consiste surtout à décrasser et/ou à dégraisser les gaines dans lesquels l’air propre ou vicié circule. Les filtres dont ils sont dotés doivent aussi être nettoyés ou changés régulièrement.

Étant donné qu’il s’agit d’endroits difficilement accessibles et compte tenu du risque élevé de contamination de l’air dans les conduits, il est pratiquement impossible d’effectuer les opérations avec des méthodes manuelles. Par ailleurs, les matériaux dans lesquels sont faites les gaines ne sont pas étanches de sorte que l’usage de détergents n’est pas recommandé.

Les entreprises spécialisées se servent alors de robots équipés de brosses destinées à gratter les parois des gaines. Ils sont aussi dotés de caméras qui permettent de suivre leur évolution dans les tuyauteries. Les saletés décollées sont aspirées avec des appareils spécifiques et une dépression est créée dans les conduits pour empêcher les particules de poussière de se répandre dans les pièces.

Enfin, il est utile de préciser ici que le coût de l’opération varie en fonction du type de bâtiment, de la taille et de la configuration des réseaux.