La tristesse, le stress, la fatigue, la boulimie, l’anorexie ou la dépression provoquent des problèmes de compulsions alimentaires ou à des grignotages.

Il est nécessaire de faire la distinction entre les compulsions alimentaires associées à des pathologies du trouble du comportement alimentaire, du grignotage de l’adolescent ou de l’adulte qui est un trouble moins grave.

Même si l’origine de ces deux problématiques est différent, les conséquences sur le poids et la santé de la personne sont les mêmes et peuvent provoquer des pathologies intéressantes, notons à ce propos,  des reflux gastro-oesophagien ou du diabète.

Comment définir les compulsions alimentaires ?

Les compulsions sont « un besoin » invincible de manger, sans faim et souvent sans plaisir. Cette prise alimentaire peut se produire à n’importe quel moment de la journée et de nombreuses personnes se lèvent même la nuit pour manger. La nourriture est perdue avec rapidité et dans une quantité irrationnelle.

La plupart de fois, ce comportement de compulsion alimentaire est caractérisé par l’entourage de gourmandise tandis qu’un réel problème affectif le sous-tend. Il est en rapport très étroit avec l’histoire de vie de la personne, son manque de confiance en elle, sa situation sociale, professionnelle, relationnelle ou personnelle et  une mauvaise gestion de ses sentiments.

En bouffant de façon compulsive, la personne en souffrance a le fantasme d’abreuver des manques en elle, par exemple, le manque d’affection, de présence, d’attention, d’importance ou d’amour. Le problème est plus corrélatif et intra-psychique qu’alimentaire.

grignotage

LA BOULIMIE

Par définition, les compulsions alimentaires se résument comme un besoin irrésistible de manger. Ce comportement va au delà du désir et du plaisir, c’est un besoin irrépressible.

Dans la maladie boulimique, il arrive que les crises soient avancées. Par ailleurs, l’individu opte pour tous les types de nourriture tout en achetant tout et n’importe quoi, cuit ou cru et mange jusqu’à avoir mal au ventre. Se découlent dans ce cas de vomissements, de la honte et une grande anxiété qui conduit à de nouvelles crises.

Le grignotage

Le grignotage est une succession de prises alimentaires qui peut durer une heure ou toute la journée. L’on pense aux adolescents qui s’ennuyant en dehors des cours, restent de longues heures devant la télévision ou internet en mangeant des paquets de chips et de sucreries.

Ce même ennui existe chez des personnes adultes, angoissées de rentrer chez elles le soir et de se retrouver seules. Supportant mal cette solitude, elles remplissent le vide par des gâteaux ou autre, parfois accompagnés d’alcool.

L’Hypnose : une thérapie miraculeuse

Après une première séance permettant de définir l’origine des compulsions ou du grignotage des malades, c’est pour cela, le psychothérapeute et l’hypnothérapeute, mettent en vigueur un traitement adapté  au patient :

Soit un traitement psychothérapique est élaboré pour travailler sur l’origine du symptôme, la confiance en soi, l’image corporelle et le comportement alimentaire.

Soit deux ou trois séances d’hypnose sont mentionnées en complément de la psychothérapie afin de réaliser une certaine tentation tout en éliminant   le symptôme et libérant le malade des compulsions qui le bloquent et altèrent son image et sa santé. Cependant, l’arrêt du symptôme ne montre pas la fin du traitement.

Dans plusieurs situations, l’hypnose qui est une thérapie puissante, suffit à mettre fin dans les plus brefs délais des grignotages, des compulsions alimentaires, à optimiser la confiance en soi, à ressentir le blasement, à gérer les sentiments, à créer le dégoût du sucre ou du salé, à limiter la quantité alimentaire et bien plus encore.  Au final, n’hésitez pas de recourir à un cabinet de psychothérapie à Strasbourg !