Lorsqu’une voiture atteint son quatrième anniversaire, le contrôle technique s’impose. Pour cela, la date de la première mise en circulation est prise en compte. Précisément, cette opération se tient 6 mois avant cet anniversaire, puis tous les deux ans. Il faut alors connaître la réglementation applicable à cet effet, car le défaut de contrôle technique constitue une infraction passible d’amende et d’immobilisation du véhicule. En général, les voitures particulières et les utilitaires légers (poids inférieur à 3,5 t) sont tous concernés par cette obligation. En cas de cession de voiture d’occasion de plus de 4 ans, le vendeur est tenu de remettre à l’acquéreur une preuve d’un contrôle réalisé il y a moins de 6 mois. Celle-ci est nécessaire avant la conclusion de la vente afin d’établir le certificat d’immatriculation au nom du nouveau propriétaire. Toutefois, il convient de noter que cette preuve n’est pas requise s’il s’agit d’une cession à un garage, un mandataire auto ou un concessionnaire. Lorsque vous allez faire le contrôle, vous pouvez opter pour un centre agréé qui vous convient. Il est possible de comparer et de négocier les prix proposés.

Comment se passe le contrôle technique ?

Le contrôle technique d’une voiture comprend plusieurs étapes. Lorsque la date d’expiration du contrôle précédant approche, vous devez penser à accomplir les démarches indispensables. Il est tout d’abord utile de préparer la visite en vous rendant chez votre garagiste ou mandataire auto afin de régler les éventuelles anomalies. En premier lieu, vous avez à rejoindre l’un des centres de contrôle agréés. Ceux-ci comptent environ 6 000 en France. Pour voir leur liste, vous pouvez consulter le site de l’organisme technique central (OTC). Il est possible de faire réaliser votre contrôle technique partout sur le territoire français et pas nécessairement chez un centre situé dans le département d’immatriculation de votre voiture. Une fois arrivé au garage, vous allez remettre votre carte grise. En cas de perte de ce document, vous devez établir une fiche d’identification fournie par la préfecture et une déclaration de perte de certificat d’immatriculation. Ceci étant, le garagiste procèdera à l’examen du véhicule qui portera sur 124 points, classés en 10 catégories. On cite l’identification du véhicule, le système de freinage, la direction, la visibilité, l’éclairage, les feux de signalisation, les équipements, la structure et la carrosserie, la pollution, le niveau sonore ainsi que les organes mécaniques.

La contre-visite

Après avoir procédé au contrôle, il se peut que certains défauts du véhicule nécessitent une réparation (au niveau des freins, de la direction des roues ou de l’éclairage par exemple). Dans ce cas, vous avez un délai de 2 mois pour régler ces anomalies chez votre garagiste ou mandataire auto et procéder à la contre-visite. Si cette durée est dépassée, vous devez refaire le contrôle technique.

Les documents remis au propriétaire

À la fin du contrôle technique, le garagiste vous remet les documents constatant l’accomplissement de l’opération. Il vous rend la copie du procès-verbal qu’il a établi. Une vignette de contrôle technique sera apposée en bas droite de votre pare-brise, ce qui indique le mois et l’année du visa. N’étant pas obligatoire, celle-ci permet aux forces de l’ordre de vérifier plus simplement la validité du contrôle technique. Par ailleurs, le contrôleur met un timbre sur le certificat d’immatriculation et mentionne une lettre A si aucune contre-visite n’est exigée, et une lettre S dans le cas contraire.